Orga produit : comment briser le plafond de verre d'une feature factory pour maîtriser son impact ?

7/12/2022

Pour le 1er anniversaire des événements Product Advanced TAK, Florian Zilliox s’est intéressé avec ses invités à la feature factory. Autrement dit, cet état de transformation d’une organisation vers une organisation produit dans lequel malheureusement beaucoup se trouvent bloquées.

Quand la sortie de nouvelles features prime sur l’impact réel qu’elles ont sur les utilisateurs, il y a fort à parier pour que vous soyez vous-mêmes dans une feature factory.

Le phénomène est courant et fait peur quand on sait que 80 % des nouvelles features ne sont jamais pleinement utilisées. 

Comment se sortir de ce cercle vicieux ? Pour en savoir plus, nous avons convié Shannon Vettes, précédemment Head of Programs chez BlaBlaCar et Arnaud Parise, Senior Product Manager à Qare.

Sommaire

Rappel : feature factory, c’est quoi ?

Popularisé dans un court article en 2016 par John Cutler et résumé en une infographie qui représente le cheminement par lequel passe les organisations, la feature factory est le résultat d’une scission des intentions de départ. Ainsi, la plupart des entreprises qui veulent en finir avec les silos décident de créer des équipes pluridisciplinaires, qui travaillent en simultané pour builder et tester. Mais arrive un moment où tout se complique : la feature factory, lorsque la partie delivery est décorrélée de la stratégie produit. 

Ce plafond de verre part avant tout d’un biais : quand la fonctionnalité est perçue comme de la valeur. Et ce, alors que la grande majorité des nouvelles features ne sont jamais ou peu utilisées, quand certaines ont même un impact négatif. 

Comment passer de ce stade à l’étape suivante dans l’organisation produit ?

Pour Shannon Vettes, c’est d’abord « un grand manque de « pourquoi ? ». Si l’on n’a pas cette vision pourtant évidente, c’est mauvais signe. Cela revient à faire sans y mettre de sens, par exemple en voulant créer une fonctionnalité pour être légitime sur son marché, mais sans penser d’abord à la cible ». 

Quant à Arnaud Parise, il y voit aussi une question liée à la gestion du cycle de vie produit : « Par exemple, lorsqu’une entreprise ne sait pas tuer les features qui ne marchent pas. Cela montre aussi un manque de synchronisation entre l’équipe produit et les Sales ».

Il arrive aussi régulièrement que les organisations privilégient les « produits gras » au détriment de l’usage réel : « Si cela est difficile à admettre, une entreprise qui l’accepte fait preuve de maturité » ajoute Florian.  

Les conséquences sur les équipes

Shannon Vettes, en tant que manageuse, cherche à préserver la motivation qui peut se maintenir « seulement si les équipes sentent la valeur de ce qu’elles font. Il faut donc avoir une « vision produit » et savoir stopper quand cela ne va pas dans le bon sens ». Pour Arnaud Parise, la motivation est aussi un « point d’attention permanent car elle joue sur l’enjeu qualité qui doit être considéré comme un écosystème. Il ne faut pas voir seulement l’objectif mais anticiper aussi les risques, car systématiquement, toucher à quelque chose va avoir des conséquences sur une autre partie ».

Cela est d’autant plus important de savoir arrêter qu’une baisse de qualité peut devenir virale et démotiver les troupes en masse. Or par peur du process, du temps a priori perdu, le recalage du produit face à la vision est indispensable, car leur corrélation oriente chaque projet : « Pas à chaque fois, mais tous les 6 mois », recommande Shannon.

Comment mettre le pourquoi au premier plan ?

Aucun secret pour Shannon Vettes, il faut « parler aux utilisateurs, car on est loin de leur quotidien et de leurs réelles attentes ». 

Du positionnement à l’importance du problème, la vision du produit ne peut se passer de savoir quelle expérience ils attendent, ce qu’il faut changer, améliorer, comprendre : « Pour le savoir, il est essentiel de creuser dans son segment, de voir comment ils utilisent le produit. En deux mots : user research ! »

Pour mettre cela en pratique, la Head of Programs conseille d’utiliser le diagramme de Kano : « La joie ou l’insatisfaction des utilisateurs sont des questions centrales. Partir de là apporte beaucoup d’informations ». Si certains craignent la réponse ou ont leurs convictions, cela peut aider à se remettre en question. 

L’échange et la communication pour sortir d’une feature factory

Shannon et Arnaud conseillent tous les deux de parler avec les managers pour obtenir une vision claire. Comme l’explique notamment Arnaud : « Il faut échanger, partager, ne pas brider les idées et les considérer comme des potentiels. En tant que PM, on a tendance à suivre nos méthodes « by the book », à arriver avec nos gros sabots. Au contraire, nous avons besoin de valoriser les idées, créer la confiance, notamment entre l’UX et le produit et cadrer le sujet avant avec les Sales ». 

Shannon conseille également de son côté de faire « des retours d’expérience (REX) et d’interroger les Sales qui sont les premiers à savoir. Mais attention aux gros clients avec des demandes qui peuvent mener vers des choses négatives ».

Shannon Vettes et Arnaud Parise ont quelques derniers conseils à partager pour conclure le Product Advanced : 

❤🧠Shannon : « le cœur et la tête doivent être à la racine de toutes les décisions, pour apporter de la joie et de la valeur aux clients »

🏃‍♂️🧘‍♀️Arnaud : « Même si on se trouve régulièrement dans une feature factory, cela ne doit pas empêcher de pousser des idées, des fonctionnalités, sans oublier de consacrer du temps à récupérer les initiatives qui arrivent ». 

Les Product Advanced reviennent sur LinkedIn dès le mois de janvier pour encore plus de conseils et d’expériences partagées ! Belles fêtes de fin d’année.

Articles

Rendre un produit plus éco responsable

2/5/2022

Réponse : 3 réflexions à mener au préalable et 5 actions concrètes (quasi) immédiates. On vous explique.

Appliquer le Less Is More à ses indicateurs | TAK

24/8/2021

Dans cet article, découvrez grâce à Martin ce que sont des vanity metrics, leur fonctionnement et les “meilleures pratiques” pour les éviter.

Tak Story - Optimiser la communication grâce au football

19/5/2021

Les sports d'équipes nous apprennent beaucoup sur la vie en entreprise. Découvrez comment optimiser la communication intersquad grâce au football.

newsletter tak

Recevez la newsletter des experts Produit

Chaque mois, nous synthétisons les ressources et les inspirations partagées au sein de notre communauté.

Merci pour votre inscription. A très vite !
Oops ! Veuillez réessayer.