Valérie Trierweiler à la plage

Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, porte plainte à tout va ! Quatre journaux sont devant les tribunaux : à qui le tour ?

Depuis quelques jours, Valérie Trierweiler n’arrête pas : la compagne du chef de l’Etat porte plainte à tout va. Elle ne tolère pas avoir été photographiée en maillot de bain à Brégançon. Du coup, elle assigne au tribunal les magazines people qui ont reproduit les photos. VSD a été condamné à lui verser 2000 euros pour « avoir publié des photos du couple présidentiel en maillot de bain cet été à Brégançon ».

Closer, Voici et Public se retrouvent aujourd’hui parmi les accusés. Mais pas Paris Match qui a, lui aussi, publié une photo de Mme Trierweiler en tenue légère. Parce que Paris Match est l’employeur de la dame ? Mauvais esprit, vous n’y êtes pas ! Me Giffard, l’avocat de notre first girlfriend explique : « La présentation était beaucoup plus discrète dans Paris Match, il y avait une seule image qui était en petit format et en pages intérieures, il n’y avait pas d’accroche racoleuse sur cette photo en couverture ». C’est cela, oui, cher Maître, et tu veux des photos de ma grand-mère en slip ou des photocopies de son acte de décès te suffiront ?

Valérie Trierweiler : son jules est Président

Quelqu’un pourrait-il expliquer à Valérie Trierweiler que lorsque l’on sort avec un jules qui se trouve être président de la République, tout n’est pas permis ? La question n’est pas de savoir si les photographes de la presse people ont le droit de prendre des photos de vous en petite tenue : la moindre conscience de la fonction voudrait que l’on n’exhibât pas ses fesses à l’air quand on l’occupe. On notera, au demeurant, que ni Yvonne de Gaulle, ni Anne-Aymone Giscard d’Estaing, ni Danielle Mitterrand, ni Bernadette Chirac ne se seront jamais baladées en bikini. Et l’on ne remerciera pas assez le Bon Dieu pour que l’idée ne leur effleurât même pas un instant l’esprit !

Quant à Carla Bruni-Sarkozy, lorsque Patrick Besson la traitait, avec beaucoup d’élégance, de « pute » dans Le Point, il n’y avait pas de procès : Nicolas Sarkozy prenait juste son téléphone pour engueuler Franz-Olivier Giesbert et lui promettre de lui « casser la gueule » la prochaine fois qu’il le rencontrerait.

FOG qui n’a toujours pas reçu le bourre-pif si mérité ne s’est, m’a-t-il dit, toujours pas remis de cet accès de virilité présidentielle : il est encore en thérapie pour se soigner. Souvenons-nous que ce coup de téléphone colérique au directeur du Point avait provoqué indignation et scandale dans toute la presse : « Comment ça, un Président s’autorisant à pousser une gueulante parce qu’on traite sa femme de pute, mais la liberté d’informer est atteinte ! »

Tout est normal…

Aujourd’hui, la compagne du chef de l’Etat assigne quatre journaux devant les tribunaux, mais c’est tout à fait normal…

N’empêche : un mari qui défend l’honneur de sa femme semblera toujours un peu plus normal au commun des mortels qu’une pauvre plagiste assignant des journaux pour l’avoir simplement prise en photo alors qu’elle s’était rendue, par ses propres moyens, à la plage. Les salauds auraient pu photoshoper ses grosses cuisses(1), c’est vrai.

Et puis, comment dire, sans fâcher qui que ce soit, c’est assez peu banal de voir une journaliste assigner en justice d’autres journalistes. D’habitude, de telles affaires se passent à l’amiable, c’est-à-dire très mal, et se paient en inimitiés qui durent jusqu’à la mort. On appelle ça la déontologie. On a certainement tort. Mais le fait est que Valérie Trierweiler s’estime journaliste quand ça l’arrange et compagne du chef de l’Etat quand ça l’arrange aussi. Franchement, on n’est pas rendus.

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterestPartager

Notes   [ + ]

1. Les femmes un peu rondes, y en a qui aiment.

avatar

François Miclo est rédacteur en chef de tak.fr

8 Réactions à "Valérie Trierweiler à la plage"

  • avatar
    Tibor Skardanelli 6 septembre 2012 (17:44)

    Vous n’avez rien compris, Sarkozy était un fou qui faisait peur à ce bon Jean-François Kahn, c’est dire, alors on pouvait tout dire de lui ou des siens, normal.

  • avatar
    rackam 6 septembre 2012 (17:59)

    Le Flamby rebondi comme un mol petit suisse
    Sortit pour patauger dans la Mare Nostrum
    Et ça fit du vilain et du bronx et du schproum:
    Au bras il avait le catalogue des trois cuisses.

  • avatar
    NOURATIN 6 septembre 2012 (18:54)

    Va falloir faire très attention à ce qu’on publie à propos de la
    Première-Concubine de France. Sarko, vu qu’il n’appartenait pas à la Grande-Famille(de gauche) on pouvait raconter tout ce qu’on voulait sur lui et ses proches, c’est la règle.
    Là, c’est le changement, faisons profil bas et rentrons le menton!

  • avatar
    Stéphane Mortimore 6 septembre 2012 (19:09)

    Bah Chirac a bien montré ses couilles… bon vu le personnage on imagine assez le côté farce, mais il a pas été très fairplay ensuite.

  • avatar
    Chamaco 6 septembre 2012 (20:03)

    Devra-t-on interdire la comptine :
    « Haut les mains
    Peau d’lapin
    Haut les pieds
    Peau d’gibier
    La maîtresse en maillot d’bain ! »

    Le souci est grand également pour Fabienne Galula auteure d’une pièce de boulevard intitulée justement « La maîtresse en maillot de bain »…
    Rien encore, mais ça ne saurait tarder, en ce qui concerne « Les liaisons dangereuses » ou « épouses et concubines ».
    Il est question de créer une commission d’étude – tradition inamovible – avec toutes les journalistes – compagnes, épouses, maîtresses, ou favorites – des ministres en place. On est déjà à 4 sans trop chercher…

  • avatar
    ROL 6 septembre 2012 (20:09)

    quand même, françois, vous auriez pu être un peu plus mordant, pardon, méchant, en prenant le parti de parler d’exemplarité, vous savez, ce truc un peu ringard qui suppose qu’en toutes circonstances vous adoptiez une attitude qui n’appelle nul commentaire, nulle critique, nul procès. cela dit remercions Valérie, non pour ses pétages de câble, mais pour nous permettre d’apprécier l’envers du décor …
    « le président a-t-il encore sa connaissance? » Non, elle est en train de flinguer

  • avatar
    Lisa 8 septembre 2012 (07:58)

    Elle a vraiment besoin qu’on parle d’elle, cette dame.

  • avatar
    Pharnabaze 11 septembre 2012 (20:17)

    « Mais le fait est que Valérie Trierweiler s’estime journaliste quand ça l’arrange et compagne du chef de l’Etat quand ça l’arrange aussi. Franchement, on n’est pas rendus.  »

    La géométrie variable est la matière première des aspirants médiatisés. Rien de bien neuf, donc. Hélas.

Réagir

L'adresse de votre courriel ne sera pas publiée.