Les "Pussy riot" lors de leur procès

Les « Pussy riot » lors de leur procès.

Personne n’est sans savoir que Stéphane Hessel, phare de la pensée française, a lancé un mouvement de renommée internationale : l’indignationisme. Le manifeste de l’indignationisme fait treize pages en pdf (disponible sur le web). Indigène, l’éditeur de l’opuscule, a réussi à l’étirer sur trente-deux pages : le succès fut à la mesure de la facilité qu’il y a à le lire : je crois bien que même les vedettes de « Secret Story » peuvent aborder cette œuvre majeure sans risquer de surchauffe intellectuelle.

Indignationisme : le bien contre le mal

Mais qu’est-ce que l’indignationisme ? C’est une variante de la lutte du bien contre le mal, qui se fonde sur le principe que l’on doit s’indigner du mal pour y faire obstacle. Ainsi, tout un chacun peut lutter contre le mal d’à-peu-près n’importe où. Rue89 est un bel exemple de site indigné, mais finalement on s’indigne un peu partout de Libération au Figaro, un peu comme on se scandalisait autrefois.

La question essentielle est de reconnaître les véritables manifestations du mal, car il n’est pas toujours très aisé pour le profane de savoir ce qui est mal et ce qui est bien. Par exemple, on peut s’indigner du sort de Robert Redeker, mais enfin pas trop car son article paru dans Le Figaro était islamophobe et donc une véritable manifestation du mal, appelant l’indignation la plus grande. Olivier Roy a joliment écrit à ce propos : « Certains jouent délibérément à chatouiller la fatwa. »

Mais ne nous y trompons pas : s’il ne faut pas chatouiller la fatwa, il est tout à fait convenable de faire des farces aux chrétiens et d’en rire en bonne compagnie. Une affaire récente qui agite les bocaux de l’indignosphère illustre bien toutes les nuances de l’indignationisme. Des indignées de choc, collectivement connues sous le nom de « Pussy Riot », ont organisé une prière dans la cathédrale du Saint-Sauveur à Moscou pour que l’on épargne à la Russie une nouvelle présidence du camarade Poutine. Des benêts comme moi pourraient se dire qu’elles chatouillaient l’anathème, mais que non pas : il s’agissait là d’une action de bon goût visant à éveiller les consciences.

Envoyées en isba pour deux ans

Tout en serait resté là, si oncle Poutine eût été moins rusé, et moins informé. L’okhrana nouvelle, attentive à ce que pense le Russe moyen, a bien compris, que Monsieur Popov trouvait qu’on lui chatouillait un peu trop le reptilien dans cette affaire et qu’il y avait là matière à satisfaire l’orgueil national et le renouveau de la foi : aussi sec, les chattes sont envoyées en isba pour deux ans.

Et là, il y a matière à indignation : pourquoi ? Bon c’est évident, deux ans de Sibérie ça laisse un froid, mais pourquoi un tel ramdam ? Castro, le frère, en son île, colle du délinquant politique à la paillote pour moins que ça. On lynche pas mal de coptes en Égypte ces derniers temps. En Syrie, les fous de Dieu et les miliciens alaouites se mettent quelque chose – là, il est vrai que l’on s’indigne aussi et que le soutien de Poutine au grand dadais de Bashar, qui n’a pas le tour de main de son père, explique peut-être une sorte d’hystérésis.

En tout cas, il ne manque pas de raisons de s’indigner dans cette vallée de larmes. Pourquoi donc de ces deux années de violon-là ? Poutine est-il moins fréquentable que Castro ou Chavez ? Nannn ! Tout faux, Poutine est un laxiste comparé au radieux Kim Jon-Il, la question n’est pas là : ces Pussys-là sont des pros du buzz, elles se sont entrainées et avaient les contacts qu’il faut. Elles sont un symbole immédiatement accessible, médiatiquement exploitable. Le plus sot des indignés comprend qu’il faut y aller de son couinement.

Ne pas combattre le mal, mais son symbole

En ce sens l’indignationisme atteint une dimension métaphysique, car ce qu’il combat ce n’est pas le mal, mais son symbole. L’indignationisme ne se commet pas avec l’étant multiple et protéiforme du mal, mais s’attaque à son être même. L’indignationisme est ontologique. Alors oui, disons le tout net : l’indignationisme est un humanisme, il le subsume même puisqu’étant par définition toujours du côté du manche idéologique.

Cette évidence m’a frappé à la lecture de ce beau texte trouvé à l’entrée « humanisme » de Wikipédia : « Sens courant donné à l’humanisme : L’humanisme pratique ou moral consistait à s’imposer, vis-à-vis de tout être humain, des devoirs et des interdits éthiques : ne pas tuer, ne pas torturer, ne pas opprimer, ne pas asservir, ne pas violer, ne pas voler, ne pas humilier… Fondé sur le respect et la justice, cet humanisme-là revient donc à respecter les droits fondamentaux de l’être humain… »

On voit que, dans son sens courant, l’humanisme est bien la lutte du bien contre le mal. L’indignationnisme lutte contre les symboles du mal, de façon non violente faut-il le préciser, et fait donc partie avec Walt-Disney et Greenpeace de la grande famille des donneurs de leçon du milliard doré comme les Russes se plaisent à désigner les Occidentaux.

Bravo les Pussys ! Vous avez certainement fait le buzz de l’année, je souhaite de tout cœur que le Tsar entende la supplique de l’Église orthodoxe de la Très Sainte-Russie et que vous soyez graciées. Je souhaite aussi longue vie à tous les indignés qui m’ont enfin ouvert les yeux : le mot humanisme est devenu synonyme de baudruche.

A propos de l'auteur

avatar

Tibor Skardanelli est un nain fameux dont Hölderlin emprunta le nom.

10 Réponses

  1. avatar
    Stéphane Mortimore

    Oui voilà des pros du buzz, des bons contacts, et deux ans de taule, ah que c’est bon, chaud et rassurant l’explication de l’homme qui est revenu de tout. Le mot magique, l’indignation. Mais comme un plan marketing il en faut un autre, hop on nous tombe l’image de l’icone du groupe, elle est jolie, fraiche, en colère, ca peut être qu’un plan de com coco, le francais sais tout, un plan de com à deux ans de Sibérie, trop bien, bientôt le prix nobel…Tout est bien lisse est uniforme dans la pensée du rentier de la pensée.

    Répondre
  2. avatar
    Stéphane Mortimore

    Ah au fait, encore sûrement un plan marketing, maintenant c’est le tour de Kasparov qui risque 5 piges pour avoir mordu un flic. Tsss ca va devenir une mode très chic en russie, tout ceux qui ont un truc à dire sur leur pays, un peu connu des médias occidentaux (qui ne comprennent évidement rien du plan marketing) hop un séjour en Sibérie pour la postérité moderne et le chatoiement des esprits tièdes.

    Répondre
  3. avatar
    Tibor Skardanelli

    « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. » (Apocalypse 3:15-18 NEG79)
    Je suis tiède effectivement mon cher Stéphane, mais vous n’êtes pas le Christ, vous pouvez me vomir de votre bouche tant qu’il vous plaira et gardez je vous prie votre collyre, je ne veux pas de votre aveuglement.
    Je suis tiède en effet, tempéré, pondéré, bon père de famille. La Rock’n’roll attitude est derrière moi et cette affaire me laisse assez froid (ça m’arrive). J’essaie d’expliquer pourquoi mais votre échauffement vous empêche de comprendre, qu’y puis-je ? Si Kasparov part rejoindre ses égéries ainsi soit-il, on ne mord pas les poulets russes. Poutine est un dictateur ? La belle affaire ! Les Russes s’en foutent un peu à vrai dire, ils sont plus intéressés par leur gamelle, ce sont des tièdes qui ont laissé quelques millions de morts dans les convulsions idéologiques, je crois bien que ces excitations les agacent un peu.
    L’indignation sur commande, la manipulation médiatique, les emportements sans suite, le buzz politico-machin, nein danke !
    Continuez de me vomir de votre bouche je vous prie : ça me fait vraiment du bien.

    Répondre
  4. avatar
    Stéphane Mortimore

    Si tout ca peut vous rassurer. C’est vrai, c’est rassurant, les russes à leur place, nous qui sommes manipulé, et au milieu de grand sage qui nous explique « voyons voyons les enfants tout ca est bien normal »… Sauf que le grand sage l’explique bien, en réalité il s’en tape complet. C’est loin, tellement loin de son canapé tout ca, et on le dérange pour des vétilles ! Bon certes, si ce bon Poutine faisait allah uakbar, on aurait droit à des tartines sur la chrétienté en péril, mais là c’est des histoire qu’on comprend pas avec un plan marketing au bout, et pis c’est tout. Remarque c’est mal de se moquer, mes arrière grand parents étaient pareil, le peuple allemand a beaucoup souffert, on peut pas comprendre ce qui se passe chez eux… Enfin… on est plus à l’époque des envahisseurs, juste des gestionnaires, on peut tant obtenir de nos jours avec un petit chantage énergétique. J’ai toujours aimé les gens qui étaient capable de parler au nom de million de personnes. Si tout à fait certain que sa tiédeur est la bonne, que toute la planète est à sa température. Tiens je vais retourner à mes lectures moi… c’est l’histoire d’une jeune homme de Sibérie justement qui s’en va faire la guerre en Tchétchénie, comme « saboteur » assez curieusement, l’auteur qui raconte partiellement sa propre expérience n’est pas à la même température. Mais bon, il est vrai que son canapé on lui a pas demandé son avis, on l’en a foutu dehors à coup d’AK. Forcément c’est pas le même monde.

    Répondre
  5. avatar
    a2lbd

    Skardanelli,

    Je n’arrive toujours pas à comprendre ce qui vous grattouille dans le mouvement des indignés.
    « Ils » promeuvent une vision binaire entre bien et mal ? Certes mais en les renvoyant dans le camps des bouffons n’êtes vous pas vous même en train de formaliser un monde binaire avec d’un côté les bouffons, de l’autre les raisonnables ?
    Vous n’êtes pas inquiet des tendances autocratiques que démontrent Poutine ? Et si à un moment, notamment par le truchement de la contrainte énergétique, l’Europe serait conduite à embrasser les principes de gouvernance de la Russie ou l’Arabie Saoudite, cette vague de despotisme plus ou moins éclairé déferlant sur nos rives,vous satisferait-elle ? Aimeriez vous vraiment voir les indignés assignés à résidence dans la Creuse ou le plateau du Vercors ?
    Qu’attendez vous exactement ? A part une méfiance idiosyncrasique envers l’islam (qui de votre coté ne vire pas islamophobie, je le note) je vois mal quels agendas d’engagements et quelles perspectives de contrat social vous souhaitez proposer.
    Vous scellâtes par le passé des alliances intellectuelles avec des gens que vous pensiez semblables avant de constater qu’ils ne formaient qu’un ramassis d’extrémistes haineux. Pourquoi vous acharnez vous donc à creuser le sillon de votre frustration, et entonner sans relâche la même rengaine simpliste ?
    Les indignés ne sont qu’un mouvement spontané auquel des individus divers, ne partageant pas forcément la même vision globale du monde, prêtent un concours non pas aveugle comme vous le prétendez mais circonstanciel. Considérez de grâce qu’il s’agit pas là d’une organisation homogène aux statuts bien définis et présentez ce qui pour vous mérite mobilisations et contestations. A défaut, vous finirez rabougri à une de ces caricatures qu’aimait croquer Philippe Murray : un pantin rabâchant les mêmes mantras ne se définissant plus que par ses réflexes névrotiques.

    Répondre
  6. avatar
    Tibor Skardanelli

    Ce qui me gêne chez les indignés, c’est le panurgisme, les sujets sur lesquels on peut s’indigner et ceux que l’on tait, c’est l’émotion immédiate sans profondeur, c’est le mépris de la raison. Poutine est ce qu’il est, les Russes sont ce qu’ils sont, j’apprécie le peu de désir qu’ils ont d’exporter leur système, contrairement à d’autres qui se servent de l’islam pour imposer une vision obscurantisme et cruelle du monde partout où ils peuvent.
    Mes amis sont mes amis et le restent, vous n’en êtes pas que Dieu soit loué, ce n’est pas parce que je suis en désaccord avec certaines personnes que je renie tout, je n’aime pas les débats stériles, je préfère me retirer, comme je l’ai déjà fait ailleurs.
    Les indignés pour être spontanés n’en sont pas moins aussi sots et nocifs que leur idole qui ose parler des enfant gazaouis rieurs quand on sait qu’ils sont embrigadés dès leur plus jeune âge, qu’on les éduque dans le culte du martyr et de la haine des juifs et de l’Occident.
    Enfin, et j’espère avoir l’occasion d’en parler une autre fois, ils sont la manifestation d’une idéologie plus radicale qui remet fondamentalement en cause ce que nous sommes en tant que civilisation, ils sont le troupeau que des chiens experts poussent là où ils veulent.
    Je suis un pantin peut-être mais à la différence de certains je sais qu’il a des ficelles.
    « C’est que l’expérience herméneutique réalise à quel point des préjugés peuvent être enracinés et combien peu une simple conscience de ces préjugés est en mesure d’en enrayer la violence. » Gadamer, « La philosophie herméneutique » PUF p. 116.

    Répondre
  7. avatar
    a2lbd

    Je n’ai aucune envie d’être de vos amis, je vous rassure, d’abord, je ne crois pas en ce Dieu vengeur que vous affectionnez, et, de plus, en lisant les éloges que vous faites sur votre site perso de personne qui démontrèrent amplement qu’elles étaient des névropathes pleines de haines et de ressentiments, je suis positivement ravi de ne point faire partie de cette coterie.

    Panurgisme dîtes vous ? Et votre propre croyance en l’existence d’une entité supérieure que vous n’avez jamais rencontré, c’est quoi ?

    Les enfants Gazaouis nécessairement embrigadés ? Ah bon, ils sont tous à se placer sur le torse des bombes pour aller se faire sauter dans les lieux publics israéliens, c’est ce que vous nous dîtes non ? Je me souviens lors de l’opération « plomb durci » qu’une télévision israélienne avait relayée le témoignage d’un médecin palestinien vivant à Gaza mais travaillant en Israël qui venait de perdre sa famille à la suite d’un bombardement de Tsahal. Pensez vous que cet homme éduquait ses enfants dans la haine de ceux qu’il cotoyait tous les jours ?

    Les chiens experts ? Allons ça ne tient pas debout une seule seconde votre histoire. Vous n’êtes pas le seul à penser comme Gadamer. Vous mêmes reconnaissait en le citant que vous êtes plein de préjugés. La liste de vos amis, laisse transparaitre combien vous aimez que l’on flatte vos bas instincts grégaires et féroces. Ah certes vous ne vous vivez pas comme le mouton pacifiste mais comme la louve prête à déchirer de ses crocs tout gibier dont sa meute a besoin pour se repaitre. Mais enfin, vous suivez vos chefs de la même manière…

    Quant à Poutine, il est vrai qu’il ne cherche pas de jure à exporter un système. Pour son intérêt personnel, il exploite à la corde l’ancestrale loi de la domination du plus fort sur le plus faible. Il excite les appétits et soutiens sans aucune considération ni morale ni d’efficacité sur le long terme tous ceux qui comme lui épouse une forme de Darwinisme social où les faibles ne sont que des instruments à disposition des forts. Alors de facto il exporte des armes en direction de tout ceux qui comme lui dominent. Sans doute dans votre vision du monde, il vaut mieux exporter des armes que des idées ou des contestations de l’ordre établi. En cela vous êtes effectivement fort différent des indignés mais iriez vous jusqu’à trouver que Poutine a raison de soutenir le régime Iranien ?? Pourtant pour lui c’est chose normale. On peut bien vendre un peu de plutonium à ce pays non ?

    Pour ma part, sans être indigné, plutôt résigné mais optimiste, je continue de penser qu’il n’est pas de meilleur investissement pour le futur que la bienveillance et que de manière ultime tout ceux qui pensent qu’en faire l’économie fait partie de l’ordre naturel ont tort : à long terme, ils creusent leurs fosses septiques.

    Répondre
  8. avatar
    Tibor Skardanelli

    Mon Dieu n’est pas vengeur, mon Dieu est d’amour, c’est nous qui sommes parfois tentés par la haine. Bien sûr que j’ai des préjugés, c’est notre condition même, j’essaie de les prendre en compte, je m’en méfie, mais il faut bien aussi avancer, l’exercice est difficile (« Ce qui est décisif, ce n’est pas de sortir du cercle (herméneutique), c’est de s’y engager convenablement. » [Heidegger). La bienveillance est effectivement nécessaire, elle n’est pas la moraline béate que l’on nous sert si souvent. Je comprends votre ardeur à déformer mes propos, je n’ai par exemple pas dit que les enfants Gazaouis étaient de petites bombes humaines mais que le Hamas les embrigade de façon odieuse sans que cela n’indigne personne, mais je ne vous en tiens pas rigueur puisque vous trouvez le temps de me lire avec tant d’assiduité.

    P.S. Nina Eden est vraiment zinzin, mais quelle plume, je persiste. Une sorte de Stéphane Mortimore qui aurait vraiment pris trop pris de datura.

    Répondre
  9. avatar
    a2lbd

    Vous n’apprécieriez certainement pas cette plume si elle était pro-hamas.

    Stéphane Mortimore ne s’est pas laissé allé à produire un blog dont la délation et la calomnie envers des personnes honnies était le thème central. Ce n’est donc pas équivalent. Il n’a pas que je sache participé à une version moderne de Je suis partout tel que Bivouac.

    L’un de mes préjugés est que toute personne dévorée par la haine des autres est infra-humaine et indigne de toute considération.

    Je déplore toujours quand des personnes tels que vous qui n’êtes pas dénué de réflexion et d’empathie se laissent aller à se délecter de tels écrits infâmes.

    Répondre
  10. avatar
    Tibor Skardanelli

    N’étant pas moi-même dans les petits papiers de Nina je me sens bien mal placé pour prendre sa défense. Je trouve que des textes comme la partie de poker avec les vieilles américaines pleines aux as ou les bandes dessinées érotiques dans les banlieues sont absolument hilarants. Pour le reste, que dire ? Je ne suis franchement pas d’accord avec elle et je ne vois aucune raison d’épiloguer sur le sujet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.