Inquisitio à la question

Trois semaines que ça dure ! France 2 nous a infligé mercredi dernier une troisième nuit de torture : les cinquièmes et sixièmes épisodes de sa série de l’été : Inquisitio.

Fini les sagas estivales pleines de bons sentiments, de jolies paysages et de jolies maisons de famille ! Place à un feuilleton « historique » où abondent tortures, débauches, cynisme et climat glauque. Mais vous connaissez déjà le sujet car des auteurs l’ont déjà abondamment commenté et une amusante polémique a surgit. « Amusante » c’est le mot, car une bande de joyeux drilles a décidé de mettre en avant tous les aspects caricaturaux d’Inquisitio a travers une fausse bande annonce et un profil fictif sur Facebook : l’inénarrable Saturnin Napator. Cette « contestation joyeuse » a bien marché : 43 000 visites sur ce vrai-faux teaser et une bonne couverture de presse… Eh oui, les cathos ne sont pas forcément des tristes sires se lamentant et jetant des anathèmes.

Au rendez-vous des souverains poncifs

Mais la réplique à France 2 ne s’est pas arrêtée là. Après la « contestation joyeuse » est venue la réinformation (joyeuse évidemment) à travers le site L’Inquisition pour les nuls. Ici, tous les faits et gestes apparaissant dans Inquisitio trouvent un éclairage historique… et ça ne manque pas ! La série est non seulement truffée d’erreurs, mais intégralement construite sur des représentations fausses du Moyen-âge ! Avec Inquisitio nous avons droit à tous les souverains poncifs[pullquote_left]Personnages bien réels, actions très fictives[/pullquote_left] : prélats libidineux, moines fanatiques aimant la douleur, Eglise ennemie de la science… Avec en face une gentille sorcière païenne ! Mais surtout, son réalisateur Nicolas Cuche n’hésite pas à mettre en scène des personnages réels dans des actions fictives et monstrueuses : sainte Catherine de Sienne répandant la peste en Avignon, Clément VII entouré d’un harem, Pierre de Luxembourg illuminé… Tout est faux et sème le trouble chez le téléspectateur.

Que peut avoir pensé un téléspectateur non-croyant après avoir vu ça ? Il a certainement eu une curieuse impression de l’Eglise et des chrétiens du Moyen-âge, les imaginant cruels, pervers et un rien maso…Ce téléspectateur non-croyant en a peut-être conclu aussi que les chrétiens n’ont guère évolués, mais qu’ils sont moins dangereux car leurs églises sont de plus en plus vides…

On peut aussi espérer qu’après avoir passé une soirée glauque devant sa télé, il s’est mis sur son ordinateur et a fait une recherche sur Internet ? Bon réflexe de vérification qui l’a mené vers le site l’Inquisition pour les nuls… qui a connu 20 000 visiteurs uniques et 70 000 pages consultés depuis son lancement. Bien sur, ça reste trop faible comparé aux 4.2 millions de téléspectateurs du premier épisode… Il y a du travail pour réinformer tous ces gens.

Mais pourquoi Nicolas Cuche a-t-il réalisé cette démolition du Moyen-âge et de ses personnages ?

Nous n’en savons rien et il n’est pas question de l’accuser de cathophobie. Il s’est expliqué à plusieurs reprises en affirmant vouloir faire œuvre de fiction… Mais le résultat est catastrophique. Mélanger une histoire authentique, des personnages réels et un scénario fictif très osé est un exercice difficile. Fiction et réalité peuvent constituer un mélange très explosif.

Prendre des libertés avec l’Histoire implique d’éviter trois écueils : le risque de créer des situations historiquement impossibles, le risque de blesser certains groupes, le risque de se vautrer dans le ridicule. Nicolas Cuche a malheureusement percuté les trois en même temps…

En premier, de nombreux historiens ont critiqué son œuvre qui est un amas d’invraisemblances et d’anachronismes. Je pense par exemple à Didier Le Fur ou encore à Laurent Albaret. Nicolas Cuche affirme lui-même s’être documenté sans l’aide d’historiens… Mauvaise idée.

Ensuite, il a touché quelques susceptibilités : en présentant l’Eglise sous le pire visage qui soit et en faisant de Catherine de Sienne la première terroriste bactériologique de l’Histoire, il a stigmatisé l’Eglise catholique dans un programme diffusé en prime time. Comme Mgr Podvin, de nombreux chrétiens pleurent et s’indignent d’un tel traitement. Nicolas Cuche s’est expliqué sur Radio Notre-Dame et il a fait amende honorable pour sa version de Catherine de Sienne… c’est déjà ça.

Cuche ou l’esprit de sérieux

Enfin, sa série atteint le comble du ridicule : ce Moyen-âge caricatural prêterait à rire si le feuilleton contenait une dose d’humour. Tous les clichés sont là : le nain, le méchant borgne, le bourreau avec une cagoule à clous, le prédicateur hurlant à la fin du monde et une ambiance qui fait penser à… Fort Boyard. Nous sommes très loin du Nom de la Rose.

Mais l’outrance d’Inquisitio ne paye pas. L’audience de la série baisse : elle a perdu 30 % d’audimat d’une semaine à l’autre, soit 1,3 millions de personnes, et la chute a continué la troisième semaine : 500.000 téléspectateurs en moins. [pullquote_left]Un feuilleton difficile à regarder[/pullquote_left]Pourquoi ? Difficile à dire, mais nous pouvons imaginer que la cruauté de certaines scènes, l’ambiance excessivement sombre du film, les dialogues tout simplement ridicules et l’absence d’humour en font un feuilleton difficile à regarder. Rappelons-le : la série commence avec un enfant qui se crève lui-même un œil (!) par remord d’avoir reluqué sa mère dans son bain… insoutenable !

Il est à espérer que l’échec d’Inquisitio incite les cinéastes à, enfin, faire des séries historiques de qualité : en évitant la violence gratuite, les caricatures et les invraisemblances sur certains personnages historiques. Mais l’échec d’Inquisitio est surtout le signe qu’il faut, enfin, que les scénaristes soient entourés d’historiens… et que ceux-ci soient écoutés !

A bon entendeur !

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterestPartager

5 Réactions à "Inquisitio à la question"

  • avatar
    David Desgouilles 19 juillet 2012 (15:04)

    Le gamin qui ne s’est crevé qu’un oeil pour avoir reluqué sa mère dans son bain, il ne l’avait reluquée que d’un oeil, je suppose ? Parce que sinon, je ne vois vraiment pas l’intérêt.

  • avatar
    François Miclo 19 juillet 2012 (15:14)

    David : ton sens pratique fait penser que tu aurais fait un parfait inquisiteur. Et ça fait froid dans le dos !

  • avatar
    Charles Vaugirard 19 juillet 2012 (15:41)

    @David : Eh oui, il ne l’a reluqué que d’un oeil : il l’a regardait à travers un trou de serrure. Cette scène est hyper malsaine…

  • avatar
    F 21 juillet 2012 (15:01)

    Il existe au moins une série historique de qualité produite par le télévision française : « Les rois maudits ». Enfin… la version originale de 1972, s’entend. Ce qui implique tout de même qu’il n’y a pas eu grand chose depuis 40 ans. Est-ce que quelqu’un aurait d’autres exemples en tête ?

Réagir

L'adresse de votre courriel ne sera pas publiée.