Le revirement, c’est maintenant

Hier, à l’Assemblée nationale, lors des débats sur le traité européen, on s’attendait à ce que Jean-Marc Ayrault se livre à un numéro de funambule. Quand on est Premier ministre et que sa majorité est divisée sur un texte aussi important, c’est sur un fil que l’on marche. Jean-Marc Ayrault a dû confondre : c’est en somnambule qu’on l’a retrouvé, accablant de sommeil tout l’hémicycle, s’endormant lui-même à prononcer un discours dont il ne croyait visiblement aucun mot.

François Hollande, Roosevelt jeune fille

Les choses sont pourtant claires : le traité européen a été négocié par Nicolas Sarkozy, les socialistes s’apprêtent à le voter aujourd’hui. François Hollande a beau eu jouer les matamores pendant la campagne présidentielle, prétendre qu’on allait voir ce qu’on allait voir, qu’il renégocierait le traité, qu’il contraindrait Angela Merkel et que, si cela ne suffisait pas, il enverrait Jean-Marc Ayrault la convaincre – il parle allemand.

Evidemment, le traité européen n’a pas été renégocié. Pas une virgule n’a été changée. Certes, pour sauver la face, le président de la République a obtenu de ses homologues européens un « pacte de croissance », dont la teneur ne trompe personne. Les 120 milliards d’euros annoncés sont ce qu’en politique on appelle une mesure de pur affichage : on redéploie des crédits existant et non consommés… François Hollande crânait à vouloir être le Roosevelt français : si l’on rapporte son « pacte de croissance » au « New Deal », François Hollande, c’est Roosevelt. Mais Roosevelt, jeune fille.

La réalité, c’est maintenant

On se retrouve aujourd’hui avec un Premier ministre en pleine panade, obligé d’expliquer que le même texte était mauvais sous Sarkozy et excellent sous Hollande. Il est exactement dans la situation que Jean-Louis Borloo décrivait hier à l’Assemblée : « Vous êtes au rendez-vous de la confrontation entre votre arrogance de l’époque, ou votre méconnaissance de la construction européenne, et la réalité d’aujourd’hui. »

Rousseau l’écrivait : « Il faut mieux être homme à paradoxes qu’à préjugés. » En politique, le revirement est une pratique courante. Ce qu’il y a d’assez pitoyable chez Jean-Marc Ayrault, c’est qu’il s’enferre et veut tenir le rôle du type droit dans ses bottes, allant jusqu’à déclarer avec un aplomb déconcertant : « Si nous sommes européens, nous sommes en désaccord avec le chemin qui a été suivi depuis cinq ans. » Jean-Marc Ayrault était tellement en désaccord avec la politique européenne de Nicolas Sarkozy que le député qu’il était a voté le traité de Lisbonne et qu’aujourd’hui le Premier ministre qu’il est veut faire adopter par sa majorité un traité budgétaire négocié par Nicolas Sarkozy…

Et si la droite obéissait à Bernard Cazeneuve

Celui qui décroche assurément le pompon de l’incohérence, c’est Bernard Cazeneuve, ministre des Affaires européennes, qui, hier soir, s’adressait à l’opposition sur un ton plus énervé que véhément : « Si vous vous apprêtez à voter ce traité en croyant que nous allons continuer la politique du précédent gouvernement, ne le votez pas ! » Et si la droite prenait au mot Bernard Cazeneuve et qu’elle ne votait pas le 9 octobre, le traité budgétaire ? Rien que pour voir… Rien que pour se mettre au niveau du gouvernement…

En attendant, ceux qui ont cru que François Hollande respecterait son engagement et renégocierait le traité budgétaire européen n’ont plus qu’à compter leurs cornes et à les admirer. Ça peut les occuper durant les cinq prochaines années.

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterestPartager

43 Réactions à "Le revirement, c'est maintenant"

  • avatar
    madar 3 octobre 2012 (12:49)

    Il est vrai que sarko ne voulait pas la croissance!

    Ils se sont assez fichu de lui, les journaleux gommeux, parce qu’il avait dit vouloir aller chercher « la croissance avec les dents »!

    Hollande, c’est achement plus chic, il a fait rajouter une phrase qui ne sert à rien, comme tout ce qu’il fait depuis six mois.
    Il s’est vraiment fait élire sur des mensonges, uniquement des mensonges, ce type!

    Et en plus, une femme voilée peut dire aux infos de 20 heures, comme ça, sans que l’n en relève lemonstrueux communautarisme qui en découle « ici, on a tous voté pour vous ».

    Elle en sait quoi? Est-ce vrai? hollande, Président des musulmans?

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (14:33)

    Aux Ayrault de la Nation la Hollande reconnaissante !

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (14:45)

    A propos de l’Europe, les mensonges de Hollande ne sont pas finis. Il se prépare un nouveau traité européen, traité que les Allemends construisent avec d’autres, mais pas avec la France. A lire absolument :

    http://www.rmc.fr/editorial/305706/europe-l-oubli-de-francois-hollande/

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (15:01)

    Chère Florence, le papier est un confus car si la France est sur un strapontin, le reste de l’Europe aussi, qui sont ces dix-sept ? Je veux bien croire les partisans de l’Europe retors, je ne crois pas qu’ils soient ptrêts à se couper un bras. Enfin nous verrons bien.

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (15:31)

    Bonjour Tibor,

    relisez mieux le papier : un traité européen concernant les 17 pays de la zone euro est en cours d’élaboration. A cet effet, un groupe de travail a été créé.  » La France a participé à ce groupe de travail sur « le futur de l’Europe », en qualité d’observatrice seulement ! Et ce groupe, présidé par le ministre allemand des Affaires étrangères, évoque la création d’une armée européenne, la mutualisation des dettes publiques, la création d’un Sénat de l’Europe et l’élection du président de la Commission au suffrage universel ! Alors tout cela n’est qu’un projet, un rapport d’étape, mais la France, qui devrait être au centre de cette réflexion, n’est que sur un strapontin. »

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (15:39)

    Chère Florence, c’est bien ce qui ne me semble pas clair, je ne sais pas si c’est un projet interne à l’Allemagne ou un projet de la Commission, enfin on ne sait rie, on n’a pas de source, ni de documents de référence, c’est vraiment léger. Si c’est un projet des Allemands dans leur coin, que voulez-vous ça les regarde.

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (15:54)

    Cher Tibor,
    vous ne voyez pas le problème.
    Tant mieux pour vous.
    Pour ma part, je vois que Hollande a mis la France sur le banc de touche en Europe. C’est l’Allemagne qui est la tête de l’Europe, la France est à la traîne.
    Cela ne manquera pas d’entraîner des tensions et de la germanophobie en France en décembre.
    Ce qui m’étonne le plus, c’est qu’en tant qu’européiste, vous ne voyez pas le problème.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (16:06)

    Mais Florence, je n’ai pas utilisé une telle expression ! Je n’ai parlé que de l’article que vous nous donnez à lire : je trouve simplement qu’il manque de substance. Les Allemands peuvent tenter de jouer sans la France, je ne les crois pas assez fous pour ça. Ce que l’on voit c’est que Hollande ne peut pas sortir des clous, c’est déjà ça de gagné, ce qui me fait peur c’est la réaction des cocus, je veux dire ceux qui croyaient qu’ils n’allaient pas cracher au bassinet, ceux qui refuse la réalité, vraiment ce sont eux qui me font peur.
    L’européiste vous salue bien et partage vos idées sur le mépris que suscite Hollande à l’étranger.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (16:08)

    Mais Dieu merci Hollande n’est pas la France.

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (16:53)

    Cher Tibor,

    les Allemands ont l’air d’avoir trouvé d’autres partenaires en Europe pour faire avancer l’Europe.Visiblement, les Allemands feront état de leur projet au sommet de décembre.
    Hollande a mis la France sur le banc de touche. A mon avis, il fait le pari que Merkel sera battue l’année prochaine et qu’il pourra tout reprendre avec le SPD. Il essaie de gagner du temps. Du reste, il essaie de gagner du temps dans tous les domaines.
    Ce type est une anguille. Le pire, c’est que j’ai l’impression qu’il se croit très malin avec ses coups de billard à 4 bandes.

    Que l’on soit « européiste » ou « eurosceptique », il est certain que Hollande est néfaste pour la France.

  • avatar
    ROL 3 octobre 2012 (16:59)

    si Tibor et Florence me permettent de m’immiscer dans leur échange … je crois que l’Allemagne est en train de travailler sur un plan B. Elle observe la France de la normalité. Les marchés aussi. Ils sont dubitatifs mais ils attendent, pour voir, comme au poker. Pour l’instant ils accordent à la France normale les taux réservés aux pays de l’Europe du Nord. Mais si jamais …, les marchés se retournent vite, ils sont d’un susceptile… Et c’est là où l’Allemagne sort son plan B.
    Bon, ça c’est de la fiction, hein. Parce que le plan Hollande ça va marcher, les éxilés fiscaux vont revenir, les entreprises vont arrêter leurs plans sociaux et créer des emplois à la pelle …

  • avatar
    rackam 3 octobre 2012 (17:30)

    ROL, vous les avez effarouchés, Tibor est là, comme un cure-dent dans la bouche d’une poule, avec son bouquet de tulipes (fleurs de Hollande), Florence le cherche ailleurs… Triste histoire que voilà.

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (17:37)

    ROL,
    il est effectivement certain que c’est l’Allemagne qui a les clés en main et qui est à la manoeuvre. Je pense aussi, qu’ayant jugé son homme, Angela a tout prévu. Plan A qui sera imposé à la France, plan B qui sera utilisé si Hollande fait le malin.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (17:39)

    Rackam, j’étais en train d’écraser un bug, on ne peut pas tout faire.
    Florence, ROL, assez d’accord avec vous à ceci près qu’un effondrement français serait catastrophique pour tout le monde, pour nous d’abord, cela va de soi, mais pour nos partenaires aussi.
    Hollande qu’il le veuille ou non doit faire passer les réformes nécessaires SPD ou pas, il peut amuser la galerie avec le mariage des homosexuels et le droit de vote des immigrés, sur le reste, il devra passer sous les fourches caudines,

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (17:49)

    Et franchement que l’Allemagne soit à la manoeuvre ne me gêne pas outre mesure.

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (18:15)

    Tibor,
    que l’Allemagne soit à la manoeuvre ne vous dérange donc pas. Soit.
    En toute honnêteté, je suis partagée : certes, si Hollande s’en mêle, les choses tourneront vite en nullité. En revanche, une fois la France mise de côté, elle restera de côté. Il sera extrêmement difficile de reprendre notre place.Que ce soit au niveau mondial qu’au niveau européen, ce sont les rapports de force qui comptent.
    C’est un coup très dur pour la France et je ne m’en réjouis pas.

  • avatar
    Marie 3 octobre 2012 (18:19)

    Comme Tibor je ne suis pas g^née par les allemand à la barre! Hollande pourra raconter ce qu’il veut aux crédules français , il y en a encore … et là je rejoins Florence les européens ne voient en lui qu’une »grosse blague » …

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (18:34)

    Mais ma chère Florence qui donc se réjouit de l’élection de cette nullité à la tête de notre pays ? Les Français n’ont retenu de Nicolas Sarkozy que des choses sans importances : « casse -toi pauvre con ! », l’EPAD, la Rolex, Bolloré et que sais-je encore… Malgré tous ses défauts il était largement le meilleur, mais les Français ont choisi cette couille-molle, il faut maintenant boire la coupe jusqu’à la lie. Les slogans imbéciles sur l’UMPS traduisent le refus de voir la réalité, la France seule ? Pourquoi pas ? Mais fini la rigolade, il va falloir trouver autre chose que des fonctionnaires pour faire redémarrer la machine. Mélenchon ou Marine à la tête du pays ? Au moins on va se marrer, pour ceux qui en ont les myens il vaudra mieux acheter des places dans d’autres pays pour assister au spectacle, pour les autres…

  • avatar
    Marie 3 octobre 2012 (18:37)

    J’ai fait un tour rapide sur les infos finlandaises et suédoises . Le premier ministre finlandais qui a rencontré Hollande ne veut pas attendre parler de la PAC, deuxio le problème de la taxation des banques se corsent celles ci (finlandaises) en cas de taxation iraient se réfugier en Suède ou en Estonie…
    La rencontre avec Reinfeld n’avait pas été fructeuse non plus…
    « En fait, les taux des obligations d’État françaises ont fortement baissé depuis le printemps, à la fois en termes absolus et par rapport à l’allemand. Au début Août, dix ans le taux est tombé à son plus bas niveau 2,00 pour cent. Pas plus tard que Avril est supérieur à 3 pour cent. Le vendredi, il a noté à 2,19 pour cent. La différence par rapport à l’équivalent allemand est en baisse de 75 points de base (centièmes de point de pourcentage), par rapport à plus de 200 points en novembre dernier.

    De nombreux analystes doutent cependant que la France soutiendra l’objectif d’un déficit budgétaire de 3 pour cent en 2013. Le gouvernement a récemment abaissé ses prévisions de croissance pour l’an prochain à 0,8 pour cent.

    Hélène Baudchon, analyste chez BNP Paribas, ne pense pas que l’objectif sera atteint.

    « En l’état, ce serait un résultat remarquable si elles passent de 3,3 pour cent,» at-elle déclaré à Reuters.

    Viktor Munkhammar viktor.munkhammar @ di.se

  • avatar
    Marie 3 octobre 2012 (18:39)

     » Mais fini la rigolade, il va falloir trouver autre chose que des fonctionnaires pour faire redémarrer la machine. Mélenchon ou Marine à la tête du pays ? Au moins on va se marrer, pour ceux qui en ont les moyens il vaudra mieux acheter des places dans d’autres pays pour assister au spectacle, pour les autres… »j’aimerais bien que nous quittions tous ce pays qui sombre car répondre aux aneries du genre UMPS c’est lassant et totalement infructueux!

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (18:47)

    Marie, je ne crois pas que ces chiffres traduisent vraiment la situation de notre pays. Comme Florence je crois que le problème est beaucoup plus grave et que le message envoyé par les Français au monde est tout à fait claire, nous ne sommes plus à la hauteur. Notre position de cinquième puissance mondiale est gravement compromise, si nous la perdons il sera très difficile de revenir empêtrés que nous sommes dans nos débats idéologiques irréalistes.
    L’urgence est de réformer le droit du travail, libérerez les forces créatives de ce pays, virer au moins 10% de fonctionnaires ou assimilés, se remettre au travail quoi.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (18:48)

    Ah ben en fait on se rejoint :))))

  • avatar
    Florence 3 octobre 2012 (19:01)

    Tibor et Marie,
    je suis bien d’accord avec vous, les réformes structurelles sont urgentissimes et Hollande ne fait que nous ensevelir sous l’impôt.
    En toute franchise, je crains que ce gouvernement et ce président si faibles ne nous mènent très vite dans le mur. Autour de moi, je ne sens qu’inquiétude. J’ai comme l’impression que tout est en train de se figer. Tout le monde se dit  » faisons le moins possible, gagnons le moins possible, dépensons le moins possible pour éviter de se faire tondre ».

    Ce Hollande est un faible. On le voit dans sa vie privée, on le voit à la tête de l’Etat.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (19:05)

    Ah, je me fais mal ! Je regarde la brochette de bobos de la Nouvelle Édition, en train d’interroger Pierre Kosciusko-Morizet à propos de la nouvelle taxation des plus-values sur les entreprises. Ces imbéciles s’indignent que les entrepreneurs ne veulent pas être taxés à 65%, comme pour les revenus du travail ! C’est pas juste brâment-ils ! Quand on sait que ce sont ces gens là qui font l’opinion, il ne faut pas s’étonner de la mouise dans laquelle nous sommes.

  • avatar
    NOURATIN 3 octobre 2012 (19:20)

    On s’en fout, on rigole bien!
    A voir les socialistes faire le contraire de ce qu’ils avaient promis et leurs électeurs complètement ahuris devant le
    culot de leurs mandataires, on passe du bon temps.
    Surtout qu’on savait tout cela d’avance.
    Y compris les impôts, mais là on rigole moins.

  • avatar
    Marie 3 octobre 2012 (19:46)

    Je viens d »écouter ceci
    http://www.youtube.com/watch?v=58kLLJsxsfE&feature=share
    au sujet des entrepreneurs . Ces derniers ont crées une fronde qui ne va pas s’éteindre comme ça …
    Une piqure de rappel
    http://www.youtube.com/watch?v=2xlnQC90GJ0&feature=share
    et une autre qui manifestement n’a pas été comprise par les olibrius qui nous gouvernent, pfffffff
    http://www.youtube.com/watch?v=tjOyXiDtnC4&feature=share

  • avatar
    xly 3 octobre 2012 (19:48)

    Le « sombre Ayrault » , l’homme de l’ombre sombre sobrement. sans en prendre ombrage.

  • avatar
    ROL 3 octobre 2012 (20:42)

    hélas je ne partage pas l’optimisme de Tibor qui pense que l’Allemagne a besoin des autres pays de la zone euro, et que, donc, si nous coulons, elle coule aussi ….
    C’était vrai en 2007. Depuis, l’Allemagne a pris des décisions stratégiques, son réseau de sous-traitants est aujourd’hui en Europe Centrale, ses marchés sont chinois … l’Allemagne est en mesure de décrocher le wagon dès que son inertie sera insupportable. Elle ne le fera qu’in extrémis, pour anticiper les arguments revanchards que la goche n’aura aucun scrupule à manier le cas échéant. .

  • avatar
    Tibor Skardanelli 3 octobre 2012 (21:09)

    Oui, bien entendu ROL, mais la France ce n’est pas l’Argentine ou la Grèce, je ne crois pas qu’un effondrement de notre part passerait inaperçu, vraiment pas, surtout qu’il y a toutes chances que des allumés extrémistes en profitent pour pousser leurs pions.

  • avatar
    ROL 4 octobre 2012 (09:58)

    Tibor, pourquoi écarter absolument le scénario d’une banqueroute française (que bien entendu je crains autant que vous)?
    Nous vivons sous perfusion depuis trop longtemps (cf notre dette) et, à l’inverse des pays endettés, ne mettons pas en place les mécanismes correcteurs de notre économie (cf notre coompétitivité). De surcroît, notre économie présente un volume tel qu’il ne se trouverait nulle « main secourable » européenne pour nous renflouer …

  • avatar
    Tibor Skardanelli 4 octobre 2012 (10:22)

    Rol, je ne l’écarte pas absolument mais d’une part les Français peuvent encore nous surprendre et se rendre compte que des changements drastiques sont nécessaires et d’autre part je suis un incurable optimiste. Si cela devait tout de même se produire nous finirions bien par repartir, toute la question est de savoir en combien de temps et avec quelle dégradation de notre niveau de vie. Je crois que les Français pensent, à juste titre, que la qualité de leur vie est une des meilleures au monde http://www1.internationalliving.com/qofl2011/#France, quelle serait l’impact de d’une banqueroute la qualité de notre vie ? Cette question est dans tous les esprits et particulièrement ceux des souverainistes de droite comme de gauche et bien qu’étant un européen convaincu elle est dans le mien : dit en d’autres termes termes moins élégants il faudrait peut-être pas faire trop chier le populo.

  • avatar
    rackam 4 octobre 2012 (11:20)

    De deux choses l’une: soit Hollande et sa troupe de majorettes du changement savaient que les décisions de Sarkozy étaient, en la matière, les seules possibles, soit ils l’ignoraient.
    Dans le premier cas ce sont de fieffés menteurs, élus sur une tromperie de grande envergure. Le socialisme excelle à muer les rêves en cauchemars, les espérances en résignation, les élans en révoltes.
    Dans le second ce sont des mickeys, et on a confié les clés du camion à un pilote de Dinky Toys. Un type formé au pilotage par le capitaine du Costa Concordia, pour naviguer, in fine sur le Titanic, dont nous sommes passagers de troisième classe.
    Pardonnez les fautes de frappe, je tape avec ma brassière flottante orange fluo, qui me boudine un brin le thorax et tout ce qui en émane.

  • avatar
    Florence 4 octobre 2012 (12:13)

    rackam,

    je pense que Hollande et sa troupe de marionnettes se sont surtout concentrés ces dernières années à gagner l’élection présidentielle. Toute son intelligence s’est concentrée sur cette objectif. Il fallait gagner l’élection. Point barre.

    On voit aujourd’hui le résultat : Hollande et ses marionnettes qui ont l’air complètement largués aussi bien pour trouver des solutions pour la France que pour les faire accepter. Ils savent faire une campagne électorale, ménager, flatter leur électorat, faire du clientélisme, s’indigner, manoeuvrer entre éléphants. Et puis c’est tout.

  • avatar
    Tibor Skardanelli 4 octobre 2012 (12:22)

    Moi, je penche pour mickeys fieffés menteurs.

  • avatar
    rackam 4 octobre 2012 (12:55)

    Florence,
    en cela Hollande est le continuateur du Grand Con Corrézien. La terre, elle, ne ment pas…

  • avatar
    Tibor Skardanelli 4 octobre 2012 (13:23)

    Ainsi Chichi serait donc l’origine du monde politique français ?

  • avatar
    Marie 4 octobre 2012 (14:31)

    Encore une fois je rejoins Tibor des mickeys fieffés menteurs et je rajoute imbus de leurs prétendus savoirs de hauts fonctionnaires! beurk

  • avatar
    Marie 4 octobre 2012 (14:49)

    Tartuffes en plus!
    http://bcove.me/ujbmch4r

  • avatar
    rackam 4 octobre 2012 (16:03)

    Tibor,
    le chichi est un ingrédient mou, jaunâtre, sucré à pleurer, bourratif mais pas nourrissant, agressivement huileux. Le chichi corrézien porte ces caractéristiques à un niveau de Guinness des records. Une fois qu’on en a goûté, on en a pour cinq ans à s’en remettre.
    Heureusement on envoie Ayrault à Singapour et aux Philippines, probablement en raison du fait qu’il parle allemand. Pourvu qu’il en rapporte une sauce épicée.

  • avatar
    ROL 4 octobre 2012 (16:46)

    je penche pour la version Florence: le pouvoir à tout prix (à n’importe quel prix), on verra après

  • avatar
    Marie 4 octobre 2012 (18:01)

    rackam quelle plume!

  • avatar
    Tibor Skardanelli 5 octobre 2012 (13:26)

    Merci Café !

Réagir

L'adresse de voter courriel ne sera pas publiée.