Fuis, c’est du Belge !

Bernard Arnault

Bernard Arnault, l’homme qui voulait être belge.

La Libre Belgique le révéle ce matin : Bernard Arnault, quatrième fortune mondiale, a déposé la semaine dernière une demande de naturalisation auprès de la Belgique. Le patron de LVMH veut quitter la France avec ses 41 milliards de dollars – preuve que le coût de la vie a considérablement augmenté : il y a quelques années, il aurait pu aller un peu plus loin, avec une telle somme.

Bernard Arnault aime la Belgique

Et c’est là où l’on peut voir l’emprise du Hollande-bashing dans l’esprit étriqué des journalistes français. Alors que les motivations de Bernard Arnault sont encore placées sous le sceau de la confidentialité, tous les commentateurs se sont empressés d’établir un lien de cause à effet entre la politique fiscale du gouvernement socialiste et le départ de Bernard Arnault. Franchement, c’est tiré par les cheveux. Je dirais même plus, cher Dupont : les journalistes français font montre de la plus exécrable belgophobie.

Il est difficilement pensable qu’une petite politique fiscale confiscatoire fasse fuir Bernard Arnault. Depuis quand un homme aussi fortuné serait à 10 ou 15 milliards d’euros près ? Tout laisse à penser que l’argent et la fiscalité n’ont rien à voir avec son exil.

Le plus vraisemblable est que ce soit une histoire de cœur. Pas un truc sordide. Non : Bernard Arnault aime la Belgique d’un sincère amour. Les motifs d’adulation ne manquent pas : on sait qu’il est collectionneur d’art et voue une affection particulière à l’œuvre de Pierre Alechinsky, qui est originaire de Bruxelles. Il a peut-être voulu s’en rapprocher. À moins que ce soit par passion pour Magritte. Ou pour les dessinateurs de bande dessinée.

Goûte mes frites

Je sais : les raisons sont peut-être moins esthétiques et plus terre-à-terre. C’est peut-être le goût des frites qui attire Bernard Arnault à Bruxelles. Depuis des années, il cherche à Paris une friterie digne de ce nom et il vient de se rendre à l’évidence : rien, dans le monde entier, n’arrive à la cheville de la baraque de la place Flagey à Ixelles. Bien sûr, l’homme a ses pudeurs et il n’avouera jamais que ses motivations tiennent à de l’huile et à des pommes de terre.

Certes, il n’y a pas que les frites dans la vie. Bernard Arnault a peut-être un appétit singulier pour le chocolat belge, les gaufres, le waterzooï, les carbonnades ou la tarte al d’jote de Nivelles.

Rien ne peut exclure non plus des causes médicales. Bernard Arnault a 63 ans et son généraliste l’a peut-être trouvé un peu trop en forme pour son âge. « Vous ne souffrez d’aucun rhumatisme ? C’est pas normal. Allez vous installer en Belgique : le climat froid et humide vous permettra d’en être rapidement perclus. » Même quand on est richissime, on écoute la Faculté dès lors qu’elle se prononce.

Tout laisse donc à penser que Bernard Arnault ne prépare pas son évasion fiscale. C’est par amour qu’il veut devenir belge. Vous voulez la vérité ? Depuis plus de trente ans, il casse les pieds à son voisinage à chanter Tata Yoyo sous sa douche. Ce n’est pas parce qu’il est patron de Louis Vuitton qu’il n’a pas le droit d’aimer Annie Cordy au point de vouloir vivre dans le pays qui l’a vue naître. Mais ça, bien sûr, les journalistes français, mus par leur anti-hollandisme primaire et leur belgophobie native ne peuvent le comprendre.

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterestPartager

3 Réactions à "Fuis, c'est du Belge !"

  • avatar
    Cyril de Pins 8 septembre 2012 (13:36)

    La Belgique, l’autre pays qui n’aime pas la Hollande – il cherche une autre raison de n’aimer pas Normal Ier et sa maîtresse.
    Et puis riche comme il est, il espère peut-être se faire faire baron ou un truc du genre, comme la chanteuse de Tata-Yoyo !

  • avatar
    Tibor Skardanelli 8 septembre 2012 (14:02)

    Bravo à Bernard Arnaud, d’autres moins célèbres voteront avec leurs pieds aussi. Les Français veulent l’égalité, sans la liberté, ils tuent ainsi la fraternité. Prochaine étape, la démocratie participative de Chavez, mais sans pétrole et avec peu d’idées.

  • avatar
    MORASSE 8 septembre 2012 (14:33)

    J’en connais un, si c’est pour l’exil fiscal… ce que les services de LVMH démentent… j’en connais un qui va faire le Chinois et casser toutes les bouteilles de Sauternes de sa cave – enfin celles d’Yquem. Na…

Réagir

L'adresse de votre courriel ne sera pas publiée.